15 nov 2021

Ce fut bref mais intense ! 3 interventions, 1 répétition générale et une production finale à l'Abbaye de Prébenoît (Bétête).

Anaïs VINTOUR, Esther LABOURDETTE, Marion DELCOURT, Alice HABELLION sont venues au coeur de l'école primaire de Bétête (23) afin de leur faire découvrir quelques chansons traditionnelles mais aussi et surtout l'écoute, le collectif, la posture, la voix... Bravo à eux et à leur professeure des écoles, Emilie Briault. 

Plus de photos : https://www.larchemusicale.fr/news

------------------------------------------

Savons nous toujours d’où viennent nos émotions, de quelle rencontre première nous gardons encore cet étonnement devant un paysage, ce frisson intérieur lorsque la musique vient frapper nos cœurs ?

Nous nous rappelons, peut-être, de cette classe qui nous plaisait tant, peut être encore du nom de cette maîtresse, de ce maître avec qui apprendre était plaisir. De ces instants où le temps n’avait plus cours.

Mais sans doute avons-nous oublié ce moment d’étonnement, cette intensité soudaine de nos vies d’enfants, toutes entières portées à l’instant présent et soudain arrêtées par quelque chose de plus grand que nous et qui laissera trace dans nos vies. Même infime, même ténu et parfois endormi, un fil tendu qui nous tient attaché à jamais à cette capacité à s’émouvoir.

Certainement nous serions surpris au détour d’un album de retrouver nos yeux si grands ouverts, nos respirations soudain suspendues dans quelque chose d’intense et de calme, notre silence sage,  étonnamment. Parce que nous avons oublié ces rares instants où un espace qui pourrait s’appeler le bonheur nous a fait signe.

Sans doute un jour lointain seront-ils étonnés les enfants de l’école de Bétête, et peut-être se souviendront-ils d’Émilie Briault,  leur maitresse,  de ces quatre dames qui étaient venues à l’école pour leur apprendre des chansons. Le souvenir de cette journée passée hors de l’école se sera peut être estompé, comment s’appelaient-elles déjà les quatre dames ?

Mais nous qui étions présents pour les accompagner dans cet ultime temps de travail en fin du parcours « Balade Chantée », nous sommes sûrs que  pour nombre d’entres eux, sage ou tumultueux, cette chose que les adultes appellent l’émotion était réellement présente. L’intensité de leur écoute, enfants d’aujourd’hui que l’on dit si facilement dispersés, leur immobilité dans la vibration des voix lorsqu’Alice, Anaïs, Esther et Marion ont chanté pour eux après avoir chanté avec eux, tout disait merci à maîtresse Émilie d’avoir franchi le pas de la curiosité et de l’ouverture à la culture. Merci aux quelques parents présents dont l’écoute était tout aussi grande que la surprise.  

Merci aussi aux Méliades de poursuivre ainsi l’inlassable travail de transmission vers tous les publics, partout, et merci à la mairie de Bétête d’avoir ouverts les portes de la magnifique Abbaye de Prébenoît pour cet après midi à peine ensoleillé et pourtant si lumineux.

Henri Clavé